lundi 2 avril 2018

L’armée américaine réduit sa présence en Turquie. Sans l’appui turc, elle devra quitter la Syrie


L'armée américaine a considérablement réduit ses opérations sur la base aérienne d'İncirlik en Turquie. Des compressions permanentes sont à l'étude alors que les tensions entre les deux alliés de l'OTAN continuent de flamber. Maintenant que les avions de guerre sont partis, seuls les avions de ravitaillement sont restés. Il y a eu des rapports que les Warthogs A-10 sont partis pour l'Afghanistan. Le nombre de membres du personnel et de leurs familles a diminué. Les responsables américains se plaignent que la Turquie fait obstruction à ses opérations aériennes. Il convient de noter que les voix appelant à l'expulsion de l'armée américaine d'Incirlik ont ​​ déjà été entendues dans ce pays.

Ankara voit la base comme un moyen de pression contre Washington. Sans opérations basées là, l'armée américaine serait dans une situation difficile. Peut-être que c'est déjà le cas.
Image associée
L'article du Wall Street Journal sur les États-Unis quittant Incirlik est apparu juste après que les groupes de travail bilatéraux se soient réunis à Washington du 8 au 9 mars pour essayer d'améliorer leur relation en déclin. On n'a pas beaucoup parlé des résultats de ces pourparlers, mais si c'était une réussite, nous le saurions maintenant. Washington nageait complètement lorsque les forces turques ont lancé une opération pour prendre le contrôle d'Afrin. On dirait que c'est toujours le cas.

Résultat de recherche d'images pour "bases américaines en Syrie"
Pendant ce temps, le désaccord sur la politique sur la Syrie semble être intraitable. La Turquie continue d'insister sur le fait qu'elle devrait établir un contrôle sur la ville syrienne de Manbij, qui compte une importante population kurde, ce qui fait que Washington a choisi entre Ankara et les Kurdes. La ville est patrouillée par l'armée américaine et si les forces turques s'y installent, cela se traduira par un affrontement très réel. Dans ses remarques sur les réunions entre les groupes de travail, le Département d'Etat n'a fait aucune mention de Manbij. Ils seraient ravis de rendre compte des progrès réalisés, mais non, ils ont évité le problème. Évidemment, cette relation est vraiment vacillante sur le bord.
La Syrie n'est pas le seul point irritant dans ce partenariat. Le 12 mars, Vladimir Kozhin, assistant présidentiel de Poutine pour la coopération militaire, a annoncé à la télévision que la Russie commencerait à fournir des systèmes de défense antiaérienne S-400 Triumf à la Turquie début 2020. L'OTAN a exprimé son inquiétude compatible avec l'architecture de l'OTAN. Les responsables américains ont récemment mis en garde Ankara sur les conséquences possibles, y compris les sanctions, si l'achat est effectué.
Le fossé entre la Turquie et l'OTAN est vraiment profond. Au moins 19 membres de l'alliance ont travaillé pour empêcher Ankara d'accueillir le sommet de l'OTAN de 2018.
Ils ont réussi. En octobre dernier, il a été annoncé que le sommet se tiendrait à Bruxelles les 11 et 12 juillet. L'année dernière, l'armée allemande a quitté Incirlik alors que ces relations bilatérales se rapprochaient de la limite du conflit. La nouvelle coalition gouvernementale allemande a l'intention de geler les négociations sur l'adhésion de la Turquie à l'UE sous le prétexte de violations des droits de l'homme. En 2017, le président Erdogan a déclaré que les gouvernements de l'Allemagne et des Pays-Bas étaient «des vestiges des fascistes nazis» parce qu'ils refusaient d'autoriser des rassemblements pro-Erdogan sur leur sol avant les élections législatives en Turquie. La Turquie soupçonne même l'OTAN d'abriter des plans pour l'attaquer, comme en 2016 lors du coup d’état raté [voir : Une armada massive se dirige sur la Turquie pour l'attaquer]
Certains analystes turcs estiment que l'alliance a laissé Ankara seule dans sa lutte contre le terrorisme. Le 11 mars, le dirigeant turc a fustigé le refus des alliés de soutenir son offensive à Afrin. Ankara est prévisible. Il poursuit son propre agenda, le mettant en contradiction avec ses obligations envers l'OTAN. Le pays est actuellement semi-détaché de ce bloc.
Maintenant que les forces turques ont pris Afrin, les soldats kurdes de l'alliance des forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis quittent leurs positions dans d'autres endroits pour se protéger sous l’aile américaine. Certaines opérations SDF ont été arrêtées. Avec les combattants partis, il n'y aura pas assez de soldats pour maintenir le territoire capturé dans la partie orientale de la Syrie. Toute la politique américaine en Syrie sera en ruines. L'Amérique subira également la défaite si elle perd un allié important de l'OTAN, comme la Turquie. Donc Washington est dans une impasse. Il faudra beaucoup d'ingéniosité pour résoudre ce problème.
La Turquie a toujours été un peu le mouton noir de l’OTAN. Son invasion de Chypre en 1974 a provoqué une rupture dans l'alliance, poussant la Grèce à retirer ses forces de la structure de commandement du bloc jusqu'en 1980. Aujourd'hui, son éloignement de l'OTAN et de l'Occident en général est clair. Un mariage de complaisance est possible sur certaines questions mais la Turquie n'est définitivement pas un allié des États-Unis, de l'OTAN ou de l'UE. Il va trouver sa propre voie tandis que l'Occident se trouve entre le marteau et l’enclume.
Si les États-Unis poursuivent leurs activités militaires en Syrie, ils auront besoin des Kurdes. Mais ils risquent de perdre la Turquie. Abandonner le SDF afin de prévenir un éventuel conflit avec Ankara porterait atteinte à leur crédibilité dans la région. Le SDF fait déjà sa propre décision. Ils ne prennent aucun ordre des commandants américains.
Les États-Unis n'ont pas d'acteur majeur en Syrie. Ce serait une bonne politique de coordonner ses activités avec la Russie, qui est amicale avec tout le monde, mais Washington a carrément rejeté une telle approche.
Aujourd'hui, la manœuvrabilité de l'Amérique en Syrie est très limitée. Elle n'a aucun intérêt direct dans ce pays. Perdre Incirlik affaiblit considérablement ses capacités militaires dans la région. Ce pourrait être un signe inquiétant avertissant qu'il peut y avoir des conséquences plus graves encore. La meilleure chose que les États-Unis pourraient faire est de retirer leur armée de la Syrie. Avec la défaite de l'État islamique, ce n'est plus la guerre de l'Amérique. En restant ils n'ont rien à gagner, mais ils risquent de perdre beaucoup. Trump dit que les États-Unis vont quitter la Syrie "très bientôt ". Il a mille fois raison.
L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes assises
Source : 

Peter KORZUN | 16.03.2018 | US Military Cuts Presence in Turkey: Leaving Syria Is Best Way out of Predicament

Trump demande au roi saoudien 4 milliards de dollars afin que les troupes américaines puissent quitter la Syrie

Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire